Partager, c'est se sentir concerner. Soyez social !

Le monde autour de nous a radicalement changé avec les réseaux sociaux, la technologie et l’économie mondialisée qui, en retour, ont changé notre façon de travailler. Cette évolution et les flux « migratoires » qui en découlent au sein des entreprises, ainsi que l’émergence de la Gig economy, ne sauraient faire oublier qu’il existe une pénurie de « talents », c’est-à-dire de personnes dotées des compétences-clés mais qui sont trop peu nombreuses par rapport aux postes à pourvoir.

 

Développer l’expérience « employeur-employé »

Cette tendance incite les organisations à se concentrer sur la rétention des employé(e)s les plus précieux. L’expérience vécue par l’employé(e) devient alors une préoccupation grandissante voire quotidienne et, l’un des éléments cruciaux pour assurer le succès de l’entreprise et son avenir.

De plus en plus de sociétés s’attachent à ce facteur, en misant sur la création ou l’aménagement de conditions de travail attrayantes et une culture d’entreprise bien définie.

Cela passe par exemple par insuffler des changements organisationnels (flexibilité, autonomie, responsabilisation, etc.) pour capitaliser sur l’ensemble des ressources humaines interne et externe et les faire fructifier. Netflix se distingue par son inventivité en la matière. La Chief Talent Officer a d’ailleurs banni son ancien titre de DRH pour affirmer ses choix en termes de culture d’entreprise.

 

Une stratégie globale pour les talents

La mise sur pied d’une stratégie globale prenant en compte les besoins des employés et ex-employés en matière de développements de carrière et personnel, en faisant fi des barrières liées à la relation contractuelle pure avec l’entreprise, est aussi une piste vers une expérience « employeur-employé » réussie. A titre d’exemple, on peut faire référence à la tendance grandissante pour les entreprises de mettre sur pied et entretenir leur réseau d’anciens collaborateurs sur le modèle des Alumni.

 

Un nouveau cycle de vie professionnel

Notre relation avec l’emploi devrait se concevoir comme un cycle dont la fin d’une relation contractuelle ne constituerait qu’une étape. Au même titre que la distinction entre le temps de travail et la vie privée est en train de disparaître pour laisser la place à une intégration du travail autour de la vie privée, celle entre un emploi passé, futur et présent s’amenuise également.

Vous aimez ce que vous lisez ? Parlons-en